Lieu d’enfouissement technique de Complexe Enviro Connexions

Au chapitre de la gestion des matières résiduelles, le lieu d’enfouissement technique (LET) de Complexe Enviro Connexions à Terrebonne remplit plusieurs mandats :

Éliminer de manière sécuritaire les matières résiduelles produites par chacun d’entre nous
Maintenir la salubrité publique
Sensibiliser la population à l’importance de réduire le gaspillage des ressources, pour un développement durable

Comment se déroulent les opérations sur un lieu d’enfouissement technique ?

Cellule d’enfouissement

Les déchets que vous déposez en bordure de rue sont généralement acheminés vers un lieu d’enfouissement technique, tel que Complexe Enviro Connexions, situé à Terrebonne. Les matières enfouies sont déposées dans une cellule d’enfouissement. La préparation d’une telle cellule nécessite plusieurs mois de travail et fait appel au savoir-faire de bien des experts, dont des arpenteurs-géomètres et des ingénieurs. On doit notamment creuser dans l’argile, calculer les pentes, aménager les structures qui serviront à capter les biogaz et le lixiviat et assurer l’étanchéité. Toutes ces étapes visent un même but : enfouir les rebuts de manière sécuritaire

Saviez-vous que le lieu d’enfouissement technique de Terrebonne est un site particulièrement bien adapté à l’enfouissement ? Il fait partie d’un territoire autrefois recouvert par la mer de Champlain. En se retirant, les eaux ont laissé un couvert de 20 mètres d’argile dans le sol. Comme l’argile est un matériau extrêmement étanche, cela confère aux cellules une imperméabilité remarquable.

Exploitation quotidienne

Lorsque l’excavation et la préparation de la cellule d’enfouissement sont terminées, les camions de matières résiduelles peuvent y déposer leurs chargements.

1. À son arrivée chez Complexe Enviro Connexions, chaque camion doit d’abord transiter par la guérite de contrôle, aussi appelée poste de pesée. Comme chaque camion est aussi pesé à la sortie, l’on peut calculer le volume de matières apportées.

2. C’est également à la guérite que le conducteur identifie la nature et la provenance des matières qu’il transporte. S’il s’agit de matières non autorisées pour l’enfouissement, le véhicule se voit refuser l’accès au site.

3. Les camions aux chargements conformes se dirigent vers la cellule d’enfouissement en exploitation, une zone que l’on appelle front de déchets, pour y décharger leurs contenus.

4. Au fur et à mesure que les matières résiduelles sont amenées, des compacteurs, d’énormes véhicules pesant près de 55 tonnes, les écrasent. Les matières résiduelles sont également aspergées de neutralisant d’odeurs.

5. À la fermeture du site, en après-midi, en soirée ou dès qu’une partie du front de déchets a atteint son volume de remplissage, une couche de matériau de recouvrement est déposée sur les matières résiduelles. Cette précaution empêche la vermine de venir se nourrir, évite que les déchets s’envolent et diminue les odeurs.

Saviez-vous que pendant toute la journée, un officier de contrôle de la faune de la firme spécialisée Services Environnementaux Faucon et son oiseau de proie sont au poste au front de déchets ? Leur travail consiste à éloigner les goélands du site. Pour ce faire, le tandem officier-buse est présent sept jours sur sept, du lever au coucher du soleil, pour appliquer des méthodes d’effarouchement qui ont fait leurs preuves.

Captage des biogaz et du lixiviat

Capter les biogaz et le lixiviat est une opération importante dans un lieu d’enfouissement technique.

Lixiviat

Lorsqu’il pleut ou qu’il neige, de l’eau s’infiltre dans les matières résiduelles enfouies et se mélange aux liquides et aux substances solubles contenues dans les rebuts. On appelle lixiviat la solution qui en résulte.

Chez Complexe Enviro Connexions, le lixiviat est capté grâce à un réseau de drains perforés installés au fond des cellules d’enfouissement. Par la suite, le lixiviat est acheminé vers des bassins de traitement pour un premier nettoyage. Enfin, le lixiviat est traité dans le réacteur biologique à média en suspension (SMBR). Cette eau est finalement acheminée à l’usine d’épuration municipale de Terrebonne-Mascouche pour un traitement d’appoint

Biogaz

On appelle biogaz les gaz que produisent certains microorganismes lorsqu’ils digèrent les matières putrescibles dans un milieu où il n’y a pas d’oxygène : le fond d’un marais, une cellule d’enfouissement et même votre estomac !

Les biogaz que nous captons sont valorisés dans notre usine de production de gaz naturel renouvelable, ouverte en juillet 2014 sur le site de Complexe Enviro Connexions, à Terrebonne, afin de valoriser la totalité du méthane présent dans les biogaz excédentaires. Sa production annuelle équivaut à la consommation de 23 000 foyers utilisant le gaz naturel comme source d’énergie. Mais elle n’est pas seule : en 1996, Complexe Enviro Connexions a ouvert la première centrale électrique de valorisation des biogaz au Québec, qui a produit pendant 20 ans assez d’électricité pour alimenter annuellement l’équivalent de 2 500 foyers !

Suivi environnemental

De nombreux règlements et normes s’appliquent à notre industrie. Pour avoir le droit de nous définir comme étant un lieu d’enfouissement technique, nous devons respecter les plus hauts standards de protection environnementale.

Cela comprend plusieurs actions bien concrètes, notamment :

  • Respecter des conditions d’aménagement précises, surtout en ce qui concerne l’étanchéité des cellules d’enfouissement ;
  • Capter et traiter les biogaz et le lixiviat ;
  • Assurer le suivi de plusieurs paramètres environnementaux, par exemple la qualité de l’air, les eaux souterraines et les eaux de surface ;
  • Prendre en charge le suivi post-fermeture.

Les règlements sont émis par le gouvernement et des inspecteurs visitent les lieux d’enfouissement pour s’assurer qu’ils sont appliqués. Chez Complexe Enviro Connexions, nous sommes fiers de respecter les normes qui s’appliquent à la saine gestion des matières résiduelles.

Suivi post-fermeture

Pendant environ 30 ans suivant la fermeture d’un lieu d’enfouissement technique, la société gestionnaire doit maintenir le même suivi que pendant la période d’enfouissement actif. Cela signifie que le travail sera loin d’être terminé le jour où Complexe Enviro Connexions terminera l’exploitation d’une cellule. Les installations continueront d’être étroitement surveillées et les mêmes paramètres seront analysés régulièrement : qualité de l’air, qualité des eaux souterraines, eaux de rejet, etc.  Les autres activités, comme le compostage et la production d’énergie, pourront également être maintenues.

Et ensuite ? Bien des sites d’enfouissement sont éventuellement dédiés à des fins récréotouristiques. Le Jardin botanique de Montréal et le Centre de la nature de Laval sont d’ailleurs deux anciens lieux d’enfouissement qui sont devenus des espaces incontournables pour les citoyens et des lieux importants pour la protection de l’environnement. Qui sait, le lieu d’enfouissement technique de Terrebonne deviendra peut-être un jour un terrain sportif ou un parc-nature ?

Nous sommes déjà prêts pour l’avenir ! Depuis plusieurs années, notre entreprise réserve des montants considérables, sous forme de fiducie sociale, pour effectuer le suivi post-fermeture.